Monthly Archives: mars 2016

Le PRG dénonce les manœuvres politiciennes de la droite sur la réforme constitutionnelle

BANDEAU PRG_59

Le PRG dénonce les manœuvres politiciennes de la droite sur la réforme constitutionnelle

Le Président de la République s’est exprimé ce mercredi 30 mars à l’issue du Conseil des ministres, il a acté l’impossibilité de réunir une majorité des 3/5 au Congrès sur le projet de réforme constitutionnelle.

Alors qu’un consensus avait été trouvé à l’Assemblée nationale, la droite sénatoriale, bien que favorable à l’article 1 qui introduit l’Etat d’urgence dans la Constitution, a refusé la version de l’Assemblée nationale concernant l’article 2 relatif à la déchéance de nationalité.

La droite prétend maintenant qu’elle ne votera pas cette réforme si elle ne porte que sur l’article 1 alors qu’elle a elle-même rendu le consensus impossible sur l’article 2.

Pour Sylvia Pinel, Présidente du Parti Radical de Gauche, « nous assistons à une manœuvre politique désolante alors que l’unité nationale face à la menace terroriste doit prévaloir et que de nombreuses concessions ont été faites par la gauche afin de faire l’union sur ce texte ».

Toujours plus de baisses pour les plus démunis par Isabelle Fernandez conseillère départementale PRG

I-Fernandez
Isabelle Fernandez Conseillère Départementale PRG

Baisse des subventions pour les établissements recevant les personnes âgées et en situation de handicap.

  • -4% pour les crédits consacrés aux établissements pour les personnes en situation de handicap.
  • -3% pour les crédits consacrés aux EHPAD.

Après l’annonce de réductions de budget pour les pompiers, les collèges et les services départementaux en général.

Après une réduction drastique sur les programmes de voirie, c’est au tour des Personnes Âgées et handicapées de subir les recherches d’économies de la nouvelle majorité de droite, faut-il le préciser, toutes les actions sociales subissent les coupes sombres dans leur budget.

La faute à qui ou à quoi ?

Aux baisses des dotations de l’Etat et du Revenu de Solidarité Active qui ne cesse d’alourdir le budget départemental.

Si ce constat n’est pas d’aujourd’hui et que depuis longtemps les Départements tirent le signal d’alarme, la méthode laisse perplexe.

Un simple courrier aux directeurs d’établissements, sans concertation aucune, annonçant brutalement la baisse de subventions, alors que les budgets de l’année sont faits depuis bien longtemps.

Il faut s’attendre à des augmentations tarifaires qui laisseront une fois de plus, les plus fragiles en difficulté.

Nous sommes loin des belles promesses de campagne qui promettaient une meilleure gestion départementale, la remise au travail des bénéficiaires du RSA et l’égalité pour tous.

Moins de Social voilà la manière d’avoir une « meilleure gestion » quand on est une majorité de droite.