Monthly Archives: octobre 2016

Démantèlement de la « jungle » de Calais : le PRG appelle à la vigilance

818875-calaisLe Parti Radical de Gauche prend acte du lancement du plan de démantèlement de la « jungle » de Calais et salue l’engagement du Gouvernement. La France ne pouvait plus fermer les yeux sur ce scandale humanitaire et doit prendre ses responsabilités.

Le PRG demande aux autorités de faire preuve de vigilance. Il est fondamental de protéger les 1 000 mineurs, dont près de 400 enfants, non accompagnés et actuellement hébergés à Calais, afin qu’ils ne tombent pas entre les mains de trafiquants. Le PRG rappelle que 130 enfants ont disparus lors du démantèlement de la zone sud du camp.

Fermement attachée au droit d’asile, Sylvia Pinel, Présidente du PRG, appelle à lutter durablement contre les réseaux de passeurs en créant des voies légales pour accéder à l’Union européenne.  Une collaboration efficace doit impérativement être engagée avec la Grande-Bretagne.

Au niveau national, chaque commune française doit pouvoir accueillir au moins trois réfugiés.

Loin des préjugés, des haines et des amalgames, le PRG réaffirme sa position en faveur d’une coordination européenne pour une politique d’accueil courageuse, humaine et digne.

INTERVENTION DE ROGER‐GÉRARD SCHWARTZENBERG PRÉSIDENT DU GROUPE RADICAL DE L’ASSEMBLÉE NATIONALE

3134582_origNotre pays a une dette envers les Anciens combattants qui lui ont tant sacrifié.
Comme le déclarait en 1918 Georges Clemenceau, Président du conseil radical, « ils
ont des droits sur nous ».
Le dernier « Poilu », M. Ponticelli, qui habitait le Val‐de‐Marne, est décédé l’an
dernier. Mais il reste les autres « générations du feu », qui ont pris part aux conflits militaires 1939‐1945, puis en Indochine, enfin en Afrique du Nord et particulièrement en Algérie.
La reconnaissance de la France à ceux qui ont combattu pour elle doit prendre des
formes concrètes et tangibles. À la demande des députés et en particulier des élus radicaux, c’est ce que le budget pour 2017 s’attache à faire, avec au total 2,45 milliards d’euros.
Je voudrais indiquer ses principales avancées.La retraite du combattant
revalorisée de 11 % En premier lieu, la retraite du combattant va être augmentée, revalorisée de 11 %.
Le montant annuel de cette pension, qui est bien sûr cumulable avec d’autres
retraites, atteindra 750 euros par an fin 2017, contre 674 euros aujourd’hui.

Cette revalorisation se fera en deux étapes : 702 € dès le 1er janvier 2017 pour
atteindre ensuite 750 € fin 2017, soit une revalorisation de 11 % en un an.
Harkis, conjoints et ex‐conjoints survivants Le budget 2017 consolide la reconnaissance de la Nation envers les anciens membres des formations supplétives et leurs ayants droit.
Il prévoit ainsi une revalorisation de 100 € de l’allocation de reconnaissance et de la
rente viagère au profit de leurs conjoints et ex‐conjoints survivants. Et ce dès janvier 2017.
Celles‐ci seront portées, selon les cas, à 3 515 € ou à 2 422 € par an. Cette mesure
s’inscrit dans le « Plan Harkis » annoncé par le Premier ministre en septembre 2014.
Équité et justice sociale Ce budget comprend également des mesures d’équité et de justice sociale.
Au titre de l’action sociale, il comporte 24,6 millions d’euros pour soutenir les
ressortissants les plus démunis. Ainsi, pour mieux accompagner les plus fragiles, l’ONAC‐VG dispose d’ 1 million d’euros supplémentaire, soit une enveloppe d’action sociale de 24,6 millions d’euros en 2017.
Cette dotation aura ainsi été revalorisée de 31 % depuis le début de ce quinquennat.
La subvention versée à l’ONAC‐VG (Office national des anciens combattants et
victimes de guerre) sera de 56,8 millions d’euros en 2017.
Enfin, la politique de mémoire se poursuivra.

En 2017, le ministère de la Défense continuera d’encourager le travail de mémoire
des plus jeunes générations. Il aidera les projets et les voyages pédagogiques portant sur la mémoire et le lien Armée‐Nation, initiés dans les établissements scolaires.
Signé le 20 mai 2016 par les ministres chargés de la Défense et de l’Éducation
nationale, le protocole ministériel qui renforce les liens entre la jeunesse, la défense et la
sécurité nationale sera pleinement mis en oeuvre en 2017.
En effet, outre la Journée défense et citoyenneté (JDC), qui dispose d’un budget de
15,7 millions d’euros en 2017, ces ministères soutiennent ou mettent en oeuvre de
nombreux projets pédagogiques en faveur de la jeunesse, visant à transmettre et à diffuser la mémoire commune de la Nation.
Les commémorations se poursuivront. 2017 sera marquée par la poursuite du
centenaire de la Première Guerre mondiale. Par ailleurs, la réalisation d’un monument en
hommage aux militaires morts en Opérations extérieures (OPEX) sera lancée.
Ceux et celles qui ont combattu pour la patrie et pour la République doivent être
pleinement honorés et recevoir le témoignage de la reconnaissance de la Nation.

Pascal-Eric Lalmy, conseiller politique à la Laïcité, et Sylvia Pinel, Présidente du Parti Radical de Gauche, s’étonnent des conclusions de la rapporteure publique sur les crèches.

creche-noel_5163019Les informations selon lesquelles la rapporteure publique du Conseil d’Etat a recommandé, ce vendredi 21 octobre, d’autoriser, sous conditions, l’installation de crèches de Noël dans les bâtiments administratifs, au nom du principe de laïcité, laisse les Radicaux de gauche sans voix.

Sauf à considérer qu’une crèche serait le témoignage folklorique d’une époque révolue ; elle reste, jusqu’à preuve du contraire, un objet de dévotion dont le caractère sacré pour les catholiques ne saurait être contesté. Si le Conseil d’Etat suivait les recommandations de la rapporteure publique, il prendrait le risque, comme en 1989 au sujet du voile à l’école, de rajouter de l’incertitude là où les élus attendent une clarification.

Le PRG reste confiant dans la lucidité des juges pour sortir des confusions qui sont entretenues entre le culturel et le cultuel pour contourner la loi de 1905. Ils déposeront une proposition de loi pour interdire tout emblème religieux dans les bâtiments administratifs si la justice administrative se révèle incapable de statuer.